Palestine : Les clés de maisons, symbole fort du droit au retour des Palestiniens exilés à travers les guerres

De nombreuses maisons ont été détruites ou gravement endommagées. L’assaut israélien qui dure depuis plus de neuf mois sur Gaza a chassé de leurs maisons quelque 1,9 million des 2,3 millions de Palestiniens d’avant-guerre que comptait ce territoire.

Sur son porte-clés, Hassan Nofal garde les clés de deux maisons. L’une d’entre elles est la maison de ses grands-parents, dans ce qui est aujourd’hui le sud d’Israël, dont sa famille a été chassée par les forces israéliennes en 1948 et où ils n’ont jamais pu retourner.

L’autre concerne la maison de Nofal, dans le nord de Gaza, qu’il a dû fuir l’année dernière après qu’Israël a lancé sa campagne de bombardements et d’offensives sur le territoire.

Au cours des neuf mois qui ont suivi, Nofal et sa famille ont été déracinés à quatre reprises, chassés d’avant en arrière, à travers la bande de Gaza pour échapper aux raids israéliens.

Nofal a déclaré qu’il était déterminé à faire en sorte que sa clé ne devienne pas un souvenir comme celui de ses grands-parents.

« Si la clé de ma maison devient juste un souvenir à mesure que je progresse, alors je ne veux plus vivre », a-t-il déclaré. « Je dois retourner chez moi… Je veux rester à Gaza et m’installer à Gaza avec mes enfants dans notre maison ».

De nombreuses maisons ont été détruites ou gravement endommagées. L’assaut israélien sur Gaza, déclenché par l’attaque du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, a chassé de leurs maisons quelque 1,9 million des 2,3 millions de Palestiniens d’avant-guerre que comptait ce territoire.
 

Après l’exode, un autre exil
 
La plupart d’entre eux ont été déracinés à plusieurs reprises depuis lors, fuyant à maintes reprises sur toute la longueur de la bande pour échapper à une série d’offensives terrestres.

Chaque fois, cela signifiait un déménagement déchirant vers un nouvel endroit et une série d’abris temporaires surpeuplés – que ce soit dans les maisons de la famille élargie, dans les écoles des Nations Unies ou dans les camps de tentes.

En cours de route, les familles ont eu du mal à rester ensemble et à conserver quelques biens. Dans chaque nouveau site, elles doivent trouver de nouvelles sources de nourriture, d’eau et de soins médicaux.

Lors du dernier exode, des personnes ont fui les districts de l’est de la ville de Khan Younis, dans le sud, et certaines parties de la ville de Gaza, au nord, après qu’Israël a ordonné leur évacuation.

Presque toute la population de Gaza est désormais entassée dans une zone déclarée par Israël « de sécurité humanitaire », ce qui ne l’a pas empêché d’y mener des frappes aériennes meurtrières.

Les conditions sont sordides dans les camps tentaculaires constitués de tentes délabrées installées par les déplacés – principalement des bâches en plastique et des couvertures soutenues par des bâtons.
Sans système d’assainissement, les familles vivent à proximité de bassins d’égouts à ciel ouvert et ont peu accès à l’eau potable ou à l’aide humanitaire.
 

Des clés symbolisent la revendication du droit de retour
 
Nofal, un employé de l’Autorité palestinienne âgé de 53 ans, a déclaré que lui, sa femme et ses six enfants avaient fui leur maison située dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord du pays, en octobre.

Ils se sont d’abord rendus dans la ville centrale de Deir al-Balah, puis dans la ville la plus au sud de Gaza, Rafah. Ils ont dû fuir à nouveau lorsqu’Israël a lancé une offensive là-bas en mai et s’est déplacé vers Khan Younis.

La semaine dernière, ils ont fui Khan Younis vers une tente à Muwasi. « Étant déplacé vers un nouvel endroit, il est difficile de lutter contre les insectes et de vivre sur un sol sablonneux », a-t-il déclaré. « Nous tombons malades parce qu’il fait chaud le jour et froid la nuit ».

Mais le premier déménagement, quitter son domicile à Jabaliya, a été le plus difficile, a-t-il déclaré. Il a brandi son porte-clés avec les clés de sa maison et de celle de ses grands-parents dans ce qui était autrefois le village palestinien de Hulayqat, juste à l’extérieur de ce qui est aujourd’hui Gaza.

Il ne reste rien de Huylaqat. L’armée israélienne s’est emparé du village et des villages voisins au début de 1948, chassant leurs habitants. Ces vieilles clés sont des biens précieux pour les descendants des Palestiniens qui ont été expulsés ou ont fui pendant le conflit qui a entouré la création d’Israël. Ces clés symbolisent pour eux leur revendication du droit de retour. Que ce soit pour eux, ou tous ceux de la diaspora palestinienne dans les camps de réfugiés de l’Unrwa au Liban, en Syrie ou partout dans le monde.

Mais beaucoup à Gaza craignent, voire désespèrent, de pouvoir un jour être autorisés à rentrer chez eux. Des chez eux qui n’existent plus est sont désormais réduits à un tas de grabats et de ruines, dont ils ne reste qu’une clé de maison, un acte de propriété de l’appartement et un album photo de famille.

 

Consternation à l’ONU après les nouveaux appels à l’exil
L’armée israélienne a appelé lundi les résidents de quartiers du centre-ville de Gaza à évacuer, après avoir lancé deux avertissements similaires depuis le 27 juin dans cette ville du nord du territoire palestinien, poussant des dizaines de milliers de personnes sur les routes.

« Le bureau des droits de l’Homme de l’ONU est consterné par le fait que l’armée israélienne appelle de nouveau des résidents de la ville de Gaza, dont de nombreux ont déjà été déplacés de force à plusieurs reprises, à fuir vers des secteurs où les opérations militaires de l’armée sont en cours et où des civils continuent d’être tués et blessés », a-t-il dit dans un communiqué.
 
L’armée israélienne a indiqué mardi « poursuivre son opération dans la ville de Gaza, se basant sur des renseignements faisant état de la présence d’infrastructures du Hamas et du Jihad islamique dans le secteur ».

L’armée a sommé  les Palestiniens à fuir vers l’ouest puis vers le sud.

« En même temps qu’elle émettait cet ordre d’évacuation, l’armée a intensifié ses frappes dans le sud et dans l’ouest de la ville de Gaza, ciblant les mêmes secteurs vers lesquels elle avait ordonné de se déplacer », a dénoncé le bureau de l’ONU pour les droits de l’Homme.

Celui-ci a noté que Deir el-Balah, localité au sud de la ville de Gaza vers laquelle les résidents sont précisément invités à se rendre, « est déjà fortement surpeuplée de Palestiniens déplacés d’autres endroits (…) et où il y a peu d’infrastructure et d’accès à l’aide humanitaire ».

Le bureau des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) a indiqué lundi soir que l’armée avait émis des ordres d’évacuation « à des dizaines de milliers de personnes » dans la ville de Gaza.

À propos

Check Also

Le Département d’Etat américain dresse un portrait élogieux du climat d’investissement au Maroc

Le département d’Etat américain a publié mercredi son rapport annuel sur le climat d’investissement dans …